جديد الموقع

ترجمة المذكرة من العربية إلى الفرنسية: حزب الوحدة (يكيتي) يقدم مذكرة بشان عفرين

Mémorandum d’Afrin présenté par le Parti de l’Union démocratique kurde en Syrie (Yekîtî)

 

Appel pour sauver Afrin

 

Pour :

– M. Antonio Guterich, Secrétaire général des Nations Unies.

– Envoyé de l’ONU en Syrie, M. Stéphane de Mistura.

– Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, M. Zeid Raad Al-Hussein.

– La Commission d’enquête internationale indépendante sur la République arabe syrienne et le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies.

– Ministres des affaires étrangères (États-Unis d’Amérique, Fédération de Russie, Union européenne, République populaire de Chine, Royaume-Uni, République arabe d’Égypte, Ligue arabe).

– Les organisations syriennes, régionales et internationales concernées par les droits de l’homme.

– L’opinion publique mondiale et tous les défenseurs des valeurs de justice, de liberté et d’égalité.

 

Les forces armées turques avec les factions  armées de la Syrie, y compris les factions islamistes et radicalistes ont lancé une attaque militaire injustifiée et contraire au droit international, envahissant la frontière internationale (syro-turque) et en donnant l’assaut sur le territoire d’un pays voisin, sans l’autorisation du gouvernement syrien pour occuper Afrin, historiquement habité par une population kurde, sous prétexte de protéger la « sécurité nationale turque ». Notons que le gouvernement d’Ankara ne parvient pas à montrer un acte d’agression situés dans les zones de sécurité turc; l’offensive turque a pour but de frapper l’existence historique des Kurdes et leur rôle constructif d’une part, et de réaliser les ambitions expansionnistes de la Turquie sur le territoire syrien de l’autre.

 

L’armée turque ainsi que les factions syriennes dépendantes ont perpétré depuis le 20/01/2018 au 18/03/2018, date d’occupation d’Afrin, des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité dont voici un résumé :

 

– ils ont tué et ont blessé des milliers de civils, dont des dizaines d’enfants, les femmes et les personnes âgées, et l’enlèvement de certains d’entre eux, en plus de la destruction totale ou partielle dans les maisons de la population, et les établissements publics, les mosquées, les écoles, les installations d’eau potable et le développement de l’élevage, d’environnement et des forêts, vandalisation des sites archéologiques célèbres comme celle du site de Ain Dara et Brad qui comprend le sanctuaire de Saint-Maron.

 

– Les bombardements aveugles de l’air et de la terre qui ont déplacé au moins 200000 citoyens kurdes de Afrin; ils subissaient la souffrance dans les régions d’Alep rural; la situation humanitaire est tragique, compte tenu de la perte de la plupart des nécessités de la vie, la nourriture, l’habillement, le logement, les besoins des nourrissons et le manque des médicaments; beaucoup d’enfants et de personnes âgées ont perdu leurs vies en raison de la dureté et de la perte des conditions de vie; des dizaines de milliers de personnes qui souhaitent retourner chez elles sont incapables de rentrer chez eux car les points de passage sont fermés. Le gouvernement syrien ne leur permet pas d’aller à Alep. Des cas de maladies infectieuses graves, telles que la tuberculose pulmonaire, ont été documentés en raison du manque de soins médicaux et du surpeuplement.

 

– Les pillages et les vols sont planifiés et étendus sur le contenu des maisons des personnes, des magasins, des magasins et des entrepôts; cela est documenté dans de nombreux rapports des médias. Contrairement aux prétentions des forces occupantes, nous affirmons que le processus d’invasion d’Afrin a été planifié, organisé et suivi par des milliers de combattants de l’opposition syrienne, qui visent à l’appauvrissement de la population locale et les humilient; les pillages et les cas d’extorsion, de menaces ou d’enlèvement afin d’obtenir de l’argent se poursuivent.

– Les opérations de transmutation démographique et de colonisation forcée à Afrin et dans ses villages se poursuivent; des milliers de familles étant hébergées dans les maisons des résidents d’Afrin qui n’ont pas le droit de retourner dans leurs foyers. La plupart de ces familles ont été amenées d’Al-Ghouta, d’Al-Admir et d’autres, ainsi que des camps d’Azzaz et d’Idlib.

 

– Le ciblage intentionnel de la spécificité nationale de la région, y compris les attaques contre les symboles et les repères de la spécificité culturelle du peuple kurde et leur destruction et leur élimination demeurent actifs; le jour de l’assaut de la ville de Afrin, ils ont détruit le buste d héros légendaire, « Kawa deuil », qui se réfère à la fête de Nowruz pour les Kurdes et les autres peuples, et qui est un symbole de combat face à l’injustice et la tyrannie; l’effacement les mots kurdes des façades des quartiers généraux et des institutions et les remplacer en termes turco-arabes.

 

– les arrestations arbitraires et les cas de torture et d’enlèvements de journalistes et de militants de Afrin et leur conduite vers des destinations inconnues, comme le doyen de la Faculté de littérature kurde à l’Université Afrin, le Dr Abdul Majid Sheikho (67 ans) dont le sort reste inconnu; l’enlèvement du photographe Mme « Dhan Kara Gul dont le sort est également inconnu; beaucoup de jeunes ont une vie précaire simplement en raison de la suspicion d’être rejeté par les forces d’invasion turque; l’absence de libertés publiques et individuelles, et l’interdiction de la pratique de toute activité civile, culturelle ou les médias, mais qui sert l’occupation de la propagande et de sa politique.

 

– la diffusion de la culture du racisme et de la haine religieuse et l’extrémisme religieux dans la société, et le lancement des descriptions des épithètes extrêmes et péjoratif à la population de la région telles que « les porcs et les athées et les infidèles », pour justifier l’abus et le pillage de leurs biens. Il y a des représailles claires pour le caractère social ouvert des résidents d’Afrin et leur tissu social homogène. Les Kurdes Yézidis courent un plus grand risque en raison de leurs spécificités idéologiques et religieuses, où ils sont contraints d’abandonner leurs croyances, d’embrasser l’Islam par la force et de ridiculiser ouvertement leur sainteté et leurs croyances.

 

– Il y a presque une paralysie totale dans le domaine économique, industriel et agricole, où le travail est abandonné; l’arrêt et la fermeture des laboratoires du savon, des ateliers de vêtements, des fabriques de réparation, après avoir été pillés; l’activité agricole et les services de mise en oeuvre sont au plus bas niveau; la plupart des tracteurs ont été volés; du matériel agricole, des oliveraies  et les forêts sont endommagées en raison des bombardements turcs; en plus, la perte d’une grande richesse animale, la menace de la pauvreté extrême dans la société; le taux de chômage est élevé.

 

– le faible niveau des services généraux, la santé publique et la situation dans Afrin causent des souffrances et de la misère; manque de personnel médical et la fermeture des hôpitaux privés qui ont été transmises à la licence à nouveau en Turquie; la paralysie de nombreuses cliniques spécialisées et les hôpitaux; l’absence de quantités suffisantes de médicaments et la perte de certains; de faibles quantités et types d’aliments, où on craint la propagation des maladies dues à l’accumulation des ordures et des débris; la disponibilité incertaine de certaines cliniques médicales et des ambulances, des patients aux hôpitaux turcs.

 

– la fermeture des écoles, des collèges, de l’Université de Afrin et de l’institut de la musique, de la peinture et les langues depuis le début de l’invasion d’Afrin; la perte des chances d’étudiants pour réaliser des études et le développement de leurs talents; les enfants en ont subi doublement; de l’horreur et la perte de soins de santé.

 

Mesdames et messieurs:

Selon les faits documentés et de données sur le terrain qui montrent que la vie des habitants zone Afrin sous occupation turque est en danger, ainsi que la vie des personnes déplacées dans les zones Shahba et Tel Rif’at et Dergamal, les villes de Nubul et al-Zahra, des villages de montagne Simon, Rubarea- Shirawa au nord d’Alep. Si l’on compare les conditions de la région d’Afrin et ses habitants aujourd’hui avec ceux de l’agression précédente et de l’occupation, où la sécurité et la stabilité au milieu la violence et la destruction dans le nord de la Syrie et d’Alep, de sorte que la région était un refuge pour près d’un demi million de personnes; un fugitif syrien de l’enfer de la violence des régions rurales de Alep et Idlib, nous nous rendons compte de la taille du crime majeur commis par l’État turc et les factions syriennes contre les habitants de zone d’Afrin; elle est restée dans Afrin qui est une grande prison; ils ont pillé les biens de la population qui s’est enfuie à cause de la peur pour sa vie; elle souffre les pires conditions de vie et humanitaires à l’air libre ou dans les camps élémentaires manquant de conditions de santé de base, où le gouvernement syrien ou les organisations humanitaires n’ont pas fourni une aide significative.

 

L’armée turque et la présence administrative dans la zone Afrin a tous les attributs et qualités de la Puissance occupante conformément au droit international et connexes; le fait que le gouvernement turc a poussé son armée pour envahir le territoire d’un pays voisin d’une manière contraire au droit international et sans l’autorisation du gouvernement syrien, et a soumis la zone syrienne d’Afrin contrôlée par les forces militaires étrangères hissant le drapeau turc sur le siège, les institutions et les places publiques, et le travail de l’armée turque pour construire des points et des quartiers généraux militaires à la frontière du côté syrien et au fond de la région.

 

Nous, le Parti de l’Union démocratique kurde en Syrie (Yekiti), faisons appel à vivre votre conscience de faire votre devoir envers Afrin et leurs habitants opprimés et menacés; nous lançons un appel aux Nations Unies et les institutions émanant du corps à envoyer des comités spéciaux dans la région pour enquêter sur les violations et les crimes et prévisualiser les effets de l’occupation, ainsi que les souffrances des personnes déplacées et des personnes déplacées. Nous vous exhortons à faire pression sur le gouvernement turc, à travailler pour mettre fin à toutes les violations et à enlever les mines et les restes de bataille et récupérer les corps décomposées et indemniser les personnes touchées et fournir les nécessités de la vie et le plein respect des droits et responsabilités de la puissance occupante jusqu’à l’évacuation de l’armée turque et accompagné par des milices du territoire syrien occupé et le retour de Afrin à son peuple et la souveraineté syrienne. (Articles 42-56) et la Quatrième Convention de Genève (Quatrième Convention de Genève, articles 27-34 et 47-78), ainsi que certaines dispositions du Protocole additionnel I et du droit international les plus importants sont :

 

– L’occupant ne gagne pas la souveraineté sur la terre – l’occupation n’est qu’une situation temporaire.

– La puissance occupante doit respecter les lois en vigueur dans le territoire occupé à moins qu’elles ne constituent une menace pour sa sécurité ou un obstacle à l’application du droit international de l’occupation.

– L’occupant doit prendre des mesures pour rétablir et assurer le plus possible l’ordre public et la sécurité.

– La puissance occupante doit utiliser tous les moyens à sa disposition pour assurer des normes adéquates d’hygiène et de santé publique, ainsi que la fourniture de nourriture et de soins médicaux à la population sous occupation.

– La population du territoire occupé ne sera pas obligée de servir dans les forces armées de la Puissance occupante.

– Les transferts collectifs ou individuels de population à partir ou à l’intérieur du territoire occupé sont interdits.

– Le transfert de la population civile par la Puissance occupante vers le territoire occupé est interdit, que le transfert soit forcé ou volontaire.

– La punition collective est interdite.

– Prendre des otages est interdit.

– Interdictions contre les représailles contre les personnes protégées et leurs biens.

– La confiscation de la propriété privée par l’occupant est interdite.

– La destruction ou la saisie des biens ennemis est interdite à moins que cette destruction ne soit rendue nécessaire par une nécessité militaire absolue pendant les hostilités.

– La destruction des biens culturels est interdite.

– Les personnes accusées d’obtenir un acte criminel sur les procédures de respect des garanties judiciaires reconnues au niveau international (par exemple, doit être avisé de leur détention, et les diriger vers des charges spécifiques et à un procès équitable le plus tôt possible).

– devrait être autorisé au personnel du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et la mise en œuvre de leurs activités humanitaires, et devrait donner le CICR en particulier, l’accès à toutes les personnes protégées, où qu’ils soient, et si elles sont privées de leur liberté ou non.

Vive le droit et la justice

24 avril 2018

Parti de l’Union démocratique kurde en Syrie (Yekiti)